La porte du bureau claque, quelle journée de merde. Le patron toujours sur mon dos, des collègues plus fainéants que moi. Cette conne de la banque, pour me dire que mon compte est dans le négatif. Comme si je ne le savais pas déjà !

J’ai besoin de me détendre, oui mais comment ? Une bonne bière dans le petit bistro d’en face, cette nympho de la librairie… Non ! J’ai pas envie de tout ça, je sais de quoi j’ai envie ! Mon regard se pose sur ma nouvelle acquisition, une M3 de chez BMW. Une véritable ode à la route, 343 ch, une puissance de 365 Nm, de 0 à 100 km/h en 5.2 secondes, le tout pour une vitesse maximale de 250 km/h.

Je m’installe aux commandes du bolide flambant neuf. Mmmh… ça sent bon le cuir… J’enclenche le siège chauffant car ça caille dehors pour le moment. Une onde de chaleur commence à m'envahir le cul. Ils sont trop forts ces Allemands ! J’appuie sur le bouton. Contact. Eh oui, c’est fini les vieilles clés. Il faut vivre avec son temps mon gars, vive l’ère de l’électronique. Tout se fait via une carte magnétique et j’ai fait installer ce fameux système car-jacking avec reconnaissance sur empreintes digitales. Ouais, elle m’a coûté une fortune cette caisse mais c’est pas juste une voiture. C’est la prolongation de mon phallus ! Bah quoi, c’est pas ce que disent les femmes !

Bon, on passe aux choses sérieuses. J’appuie deux fois sur la pédale de l’accélérateur, la voiture rugit comme le roi de la savane sauf qu’ici, c’est la reine de la route ! J’enclenche la première et je me dirige dans la circulation, vers l’entrée de l’autoroute.

Je m’engage en laissant la voiture prendre de la vitesse tout doucement… Mmmh… Je me sens déjà mieux ! Les problèmes de la journée s’envolent à chaque mètre que je parcours. La voiture accélère, je suis déjà à une vitesse de croisière de 160 km/h. J’ai vraiment bien fait d’acheter une Allemande, puissante, tenue de route sportive, un vrai régal pour un amateur comme moi.
Je vais bientôt être obligé de ralentir pour prendre l’échangeur mais ce n’est pas grave car je sais qu’après j’ai une ligne droite de 30 km devant moi. Je sens que je vais me faire plaisir aujourd’hui… Attention les radars, j’arrive !

Je négocie l’échangeur sans trop ralentir. Comme elle tient bien la route cette caisse ! Me voilà donc sur cette ligne droite, j’appuie sur l’accélérateur. La voiture bondit vers l’avant comme entraînée vers une chute sans fin. Je commence à slalomer entre les voitures. Quelle bande de crétins avec leurs japonaises et en plus ils me gênent ! Enfin heureusement que l’Etat a pensé aux braves gens comme moi en ajoutant une troisième bande. Mon bolide s'envole à 190 km/h mais il me manque encore quelque chose, le petit plus qui va faire toute la différence. Je regarde mon autoradio et j’appuie sur le bouton « play ». Moins d'une seconde plus tard, les membranes des diffuseurs que j’ai fait monter commencent à vibrer au son de la musique. Je pousse le son en augmentant la vitesse. Putain qu’on est bien à 200 avec la zik à fond. Les baffles crachent des basses à réveiller un mort et un chanteur crie des mots incompréhensibles. Ce dernier album de Ramstein est trop bon, faudra que je remercie ma copine tout à l’heure.

Je sais que j’arrive à une entrée d’autoroute particulièrement dangereuse, les trois voies se rétrécissent à deux. En plus, il y a toujours des cons pour couper la route à ceux qui arrivent. Mais rien à foutre ce soir, je ne ralentis pas, je me fais plaisir !
D’un œil avisé, je surveille la route et j’ai bien raison… Une voiture ne me voit pas et se tape sur la bande de gauche pour en dépasser une autre. Je décide de faire confiance à ma caisse et je la fais glisser sur la bande de droite. J’évite la voiture à quelques centimètres près. J’ai le temps de voir le visage terrifié d’une jeune femme. Putain quelle conne ! La voiture sur la même bande que moi se rapproche à une vitesse folle. J’ai l’impression de foncer sur un mur à toute vitesse. Je donne un coup sur la gauche et j’évite cette poubelle mobile de justesse.

YAAAEEEAHHHHH ! Je suis le dieu de la route ! Tout d’un coup, j’ai un flash dans ma tête, je me revois 7 mois plutôt sur l’autoroute. J’avais eu une dure journée comme aujourd’hui et j’étais sorti faire la fête pour l’oublier. Je roulais trop vite comme toujours et je me suis endormi. Le choc fut terrible quand j’ai heurté un poteau d’éclairage à 140 km/h. La voiture a carrément décollé et mon moteur a fini dans les arbres alors que je retombais sur l’autoroute dans le sens inverse.

Je secoue la tête, pourquoi je pense à ça moi ! Comme pour chasser cette vilaine pensée, j’accélère encore un peu plus. Ouais, ça le fait, 220 km/h, la voiture commence à crier comme une pute qu’on égorge. Je continue sur ma lancée changeant de bande toutes les 30 secondes pour éviter ces autres connards d’automobilistes. Mes doigts glissent sur le volant et j’éprouve ce même sentiment de puissance mêlée d’excitation. J’augmente encore le volume de la sono qui donne le max de ses 300 W. Qu’on est bien au volant d’une Allemande, les voitures des Boches sont comme leurs femmes puissantes et robustes.

Bon allez ma belle, montre un peu ce que tu as vraiment dans le ventre. J’appuie à fond sur l’accélérateur. La voiture bouffe le bitume à une vitesse folle, le moteur rugit de plus belle mais j’en ai rien à foutre, je sais qu’il peut tenir le coup. Je l’ai déjà fait… Les effets de la vitesse se font déjà sentir sur ma vision périphérique. Mais bon rien ne peut m’arriver au volant d’une Allemande, ma belle Bavaroise !

Tiens ! J’arrive à un long virage relativement léger, je sais qu'il marque la fin de la ligne droite dans quelques kilomètres. Je vais garder la même vitesse pour profiter le plus longtemps possible de cette sensation de puissance qui est pire qu’une drogue pour moi. Ouais, même un rail de coke ne me fait pas autant de bien bordel ! Je négocie le tournant comme un pro, je n’ai perdu que quelques kilomètres à l’heure…

Mais c’est quoi cette histoire ! Devant moi, à moins d’un kilomètre, un bouchon. Putain qu’est-ce qu’ils font là cette bande de cons ! Il n'y a jamais de problème sur cette route ! J’appuie à fond sur les freins, les pneus commencent à crier, le système de freinage d’urgence se met en route. C’est beau la technologie, achetez Allemand ! J’assure, pas de problème, quand tout d’un coup un clac retentit. Mon pneu droit vient d’éclater. La voiture commence à déraper et les voitures à l’arrêt continuent toujours à se reprocher. J’essaie de contrôler la caisse mais aucune chance, son gros cul m’entraîne. Putain d’Allemande à la con ! La voiture commence à partir en vrille, je crie comme un damné. Du coin de l’œil, je vois les gens sortir de leurs voitures. J’ai envie de vomir. Une horrible odeur de brûlé agresse mon nez. Putain, je crois que les freins ont carrément fondu. Les voitures ne sont plus qu’à quelques mètres de moi, je crie : NOOOONNN !!! Et puis…

La porte du bureau claque, quelle journée de merde.