medcityDark
Auteur: ClefJ

Une bruine pénétrante embrumait la nuit d'Osta-Baille. Adossé à un mur de briques, Killian reprenait son souffle. Les trois ruffians avaient bien failli l'avoir cette fois. Fourbu par cette longue course, il pensait à l'issue de sa joute et au pauvre gosse qui avait goûté de sa lame. Des années qu'il n'avait plus vu autant de sang jaillir d'une plaie.

Sa tranquillité s'arrêtait donc là. Ce havre de paix qu'il n'avait pu chérir que deux années durant prenait fin ce soir. Il devait fuir, sans se retourner. Il savait que tôt ou tard, les duellistes de Ragnar le coinceraient s'il restait dans les murs de la ville.

Tout allait pourtant si bien jusqu'ici. Il avait pu oublier. Les années de garnison, les aurores sanglantes des champs de bataille, l'odeur de la sueur et de la merde au petit matin. Tout était oublié.

La lune du solstice d'hiver

WinterSoltice
Auteur: rad-ix

Cette nuit du solstice d’hiver laisse un goût étrange dans la bouche de Grellan Ó Driscoll.
Pourtant, quelques heures plus tôt, tout allait bien. Isleen, sa femme, portait son enfant. Elle riait à gorge déployée en voyant la mine de son époux quand il essayait de deviner si l’enfant allait être un garçon ou une fille. Grellan n’avait pas vraiment d’avis sur la question. Bien sûr, il voulait que son nom perdure, et l’aide d’un fils serait la bienvenue dans le bateau. Mais avoir une fille le réjouissait tout autant.
Maintenant, tous ces bruits et cette effervescence sont retombés. Il gît à genoux dans une mare de sang, le petit corps de son fils enroulé dans le drap de lin que sa mère avait préparé. Seuls les cris des loups appelant la lune quelque part au-dehors brisent le silence de mort. Le petit Faolan regarde son père, déchiré entre la joie et la peine.

Mes terres sont situées non loin de la frontière de Reizh. Enfin, je dis mes terres, mais je devrais plutôt dire les propriétés de Père. Notre lieu de résidence est un endroit pouilleux balayé par les vents et la pluie. Notre maison seigneuriale est une tour en bois rectangulaire haute de plusieurs étages qui assure aussi bien la surveillance et la protection d’une poignée de villageois que notre habitation. Je n’ai aucun don pour le dessin mais père avait payé 1 Daol d’azur pour cette fresque représentant notre « chef-lieu ».