Summerland vu par Cerbère.

mice mystics intro

Voilà des jours que j’arpente l’océan vert sans but précis, je ne sais pas ce que je cherche exactement. D’autres personnes comme moi ? Un endroit propice à un peu de repos ? Une communauté accueillante et bienveillante ? Existe-il seulement encore de tels gens et si c’est le cas pourquoi m’accepteraient- ils ? Depuis que L’océan vert est apparu, tout a changé. J’ai vu et fait des choses que je ne pourrais jamais effacer. Des actes qui m’ont éloigné à jamais de l’homme que j’étais, des atrocités que je ne pourrais jamais me pardonner. Oui, il vaut mieux pour tout le monde que je reste ici, au milieu de cette forêt maudite, entouré de toutes ces voix dans ma tête. Les gens normaux les redoutent, moi, je me contente de les accepter. Après tout ce n’est pas une de plus qui va changer quelque chose pour moi. Je suis déjà perdu…

 Summerland est un sandbox (un univers bac à sable) au thème écologique. Les continents sont presque totalement recouverts d’une forêt qui a poussé en une seule nuit, détruisant tout sur son passage. Suite à ce phénomène étrange, notre civilisation, en très peu de temps, s’est effondrée sur elle-même. Beaucoup de gens sont morts cette nuit-là mais ce n’était rien comparé aux jours qui ont suivi. Depuis l’apparition de l’Océan vert, les gens entendent une sorte d’appel qui les entraine dans les profondeurs de la forêt dont personne ne revient indemne. De nos jours, les populations doivent rester dans leur communauté, seul point d’ancrage pour ceux qui entendent les murmures de la forêt. La nuit, l’appel est encore plus fort, à un point tel que les victimes ne peuvent se risquer de dormir dans la forêt sous peine de succomber à ces sirènes végétales.

J’ai trouvé l’accroche de Summerland intéressante et qui laissait présager de bonnes choses. Malheureusement, le livre n’est pas à la hauteur de l’idée ou du moins, il manque cruellement d’ambition. Nous sommes sur un petit format au prix attractif de 20€ mais le contenu s’en ressent ! Ce que je trouve particulièrement dommage, c’est l’approche du livre qui se veut didactique pour les débutants. Il y a pléthores de chapitres qui expliquent les différents rôles, les différentes ambiances possibles mais au final, c’est une perte de pages qui auraient pu être utilisées pour enrichir le background. Je doute fortement que Summerland soit le premier jeu choisi par un débutant alors pourquoi l’aborder de cette manière ?

Je ne suis pas non plus un grand fan du système de jeu mais je dois être honnête, je ne lui ai pas donné sa chance. J’aurais plus vu un système comme Free Universal Roleplying Game utilisé par exemple dans Wastburg. L’intérêt de Summerland est dans son ambiance, pas dans sa mécanique. Ce jeu n’a d’ailleurs que très peu d’intérêt s’il est joué en one shot.

Il s'agit également d'un jeu à secrets mais qui ne sont jamais expliqués, c’est aux MJ d’en faire ce qu’ils veulent en fonction de leur référentiel et de la direction prise par les joueurs. C’est un parti pris qui ne me dérange pas mais qui se trouve une nouvelle fois en opposition avec le fait que le livre s'adresse plutôt à des débutants. Ce jeu prendra un réel intérêt avec un MJ expérimenté qui façonnera Summerland selon sa vision. Les joueurs seront mis à contribution dans l’interprétation de personnages écorchés par la vie. C’est un jeu qui demande un véritable travail d’investissement pour lui donner la dimension qu’il mérite.

mice mystics

En conclusion : Summerland

Summerland est un sandbox au pitch attractif qui éveille l’imagination mais dont l’intérêt sera proportionnel à l’investissement du conteur.

Points positifs

  • Sandbox (Une idée et Enjoy !)

  • 20€ pour une idée.

  • Du Post-Apo écolo.

Points négatifs

  • Qualité du matériel

  • Un jeu qui manque d’ambition.

  • Trop d’explications pour les débutants.

Une autre alternative : Vermine, Cendres